26 février 2024
desinfection

Une désinfection efficace de toutes les surfaces grâce au rayonnement UVC

Le nettoyage et désinfection des surfaces par les ultra-violets sont de plus en plus répandus à l’heure actuelle. L’usage de lampes germicides UV remonte à loin dans les hôpitaux et les laboratoires, où il est nécessaire de décontaminer les surfaces au quotidien. Mais depuis l’apparition de la COVID-19, l’idée de la stérilisation des lieux publics par les ultra-violets a aussi germé.

En quoi consiste la désinfection de l’eau par rayonnement UV ?

Cette méthode consiste à utiliser des lampes émettant une longueur d’onde particulière pour se débarrasser des microbes. Cette onde a la capacité de tuer les germes et les micro-organismes pathogènes, en perturbant leur ADN. Aussi appelées fréquence germicide ou spectre, les ondes émises sont de 254 nanomètres. Un système de traitement de l’eau par les rayons UV permet de purifier cette eau, en la rendant potable.

En effet, les agents pathogènes sont exposés à une dose de lumière UVC mortelle, empêchant leur reproduction. Ce procédé les empêche par la même occasion d’infecter d’autres organismes avec qui ils sont en contact.

Le traitement de l’eau par UV est une technique à la fois simple et efficace pour éliminer les microorganismes pathogènes à hauteur de 99,99%. C’est une méthode sûre qui ne crée aucun sous-produit chimique nocif.

Désinfection UVC : de quel type de rayon UV s’agit-il ?

On distingue trois principaux types de rayons UV, qui sont :

    • Le rayon UVA
    • Le rayon UVB
    • Le rayon UVC

S’ils sont tous les trois produits par le soleil, seuls les deux premiers arrivent sur terre, les rayons UVC, étant absorbés par la couche d’ozone. Or, c’est le rayonnement UVC qui possède des propriétés permettant la décontamination des surfaces.

Comme énoncé plus haut, les rayons lumineux peuvent détruire l’ADN et l’ARN des micro-organismes, des virus et des bactéries pour les rendre inactifs. L’ADN absorbe directement les UV compris entre 200 et 300 nanomètres, donc principalement les UVC. Si la désinfection de l’eau par cette technique s’avère efficace, aucune étude n’a cependant pas encore démontré son action sur le virus de la COVID-19, bien que ça ne saurait tarder. Cet expert propose une désinfection UVC des surfaces contaminées.

Les risques pour la santé

A la différence des autres produits désinfectants, l’usage des ultraviolets est très encadré par la loi, étant donné que les rayons UV présentent un risque pour la santé. En effet, les UVC peuvent affecter la peau et les yeux à une certaine fréquence. Pour désinfecter un objet ou une surface efficacement tout en limitant ces risques, il faut donc trouver la dose d’UV idéale.

C’est aussi la raison pour laquelle la méthode de désinfection par UVC ne peut être utilisée qu’en l’absence de personnes. Des dispositifs ont par exemple été mis en place dans le métro de New-York ou à l’aéroport de Nice pour garantir une hygiène impeccable et limiter au maximum la contamination par les surfaces de contact. Ils ne fonctionnent que la nuit.

Quelles sont les autres alternatives pour lutter contre les salissures ?

L’efficacité du système de désinfection par UVC a déjà été prouvée sur les surfaces dures et les surfaces inertes. En revanche, comme ce procédé de désinfection comporte un risque pour la santé, il ne peut être utilisé à tout moment. Heureusement, pour nettoyer les sols et surfaces et inactiver les micro-organismes pathogènes et les microbes, de nombreuses solutions existent. l l l l 

Les produits nettoyants comportant du peroxyde d’hydrogène sont par exemple efficaces pour lutter contre les moisissures et la saleté. Ils constituent une bonne alternative à l’eau de javel. Sinon, les bonnes habitudes comme l’usage de lingettes désinfectantes ou de gel hydroalcoolique pour la désinfection des mains n’ont jamais fait de mal !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *